Dans le gauchisme jusqu’au cou.

         Les attentats du 14 juillet à Nice ont, encore une fois, démontré qu’une certaine partie de la gauche n’a peur ni du ridicule, ni de la haute trahison.

Je ne parle pas de la droite, car, n’étant pas conservateur, je ne me suis jamais attendu à ce qu’elle montre la bonne voie à suivre. Le libéralisme est coupable de bien trop de maux qui affectent le monde et nos démocraties pour y voir un espoir de solution, selon moi.

Le plus révoltant, ce sont les gens qui, dès le lendemain de l’attaque ont commencé à afficher sur les réseaux sociaux leur indignation. Non pas du meurtre, mais bien du fait qu’on parle de «terrorisme» en évoquant le massacre de la promenade des Anglais.

Pour eux, supputer que le «désaxé» ait pu être motivé par des convictions religieuses, est une «manipulation» des multinationales et des banques, afin que nous devenions racistes, et que nous voyions dans chaque musulman qui fonce sur une foule en voiture un islamiste radical.

Leur indécence n’a d’égale que leur stupidité ainsi que leur ignorance dont ils se parent comme d’un bouclier contre toute «propagande».

Leurs dogmes et leur confort intellectuel manichéen, leur font office de raison, la haine de soi (la haine farouche qu’ils vouent à la civilisation occidentale) de logique.

La dimension politique de l’islam n’a pas attendu le libéralisme, ou le colonialisme pour être violente, dominatrice, expansionniste, esclavagiste, misogyne, raciste et homophobe.

Les gauchistes ne se contentent pas de leur mentalité sectaire, ils se pensent tous les plus éclairés, et osent affirmer les théories les plus éhontées, sans penser un seul instant que pour réfléchir sur un sujet, il fallait un minimum le connaître.

D’expérience, je n’ai jamais rencontré une personne soutenant que l’islam était une spiritualité comme les autres qui, aussi, connaissait cette religion. Bien entendu, j’y compte tous mes amis musulmans.

Toutes les religions sont fondées sur des mensonges; la pseudo création de l’Homme, qui diffère de celle de la femme, soit dit en passant (ce qui sous-tendrait que ce n’est pas la même espèce), et la cosmogonie, sont des terrains sur lesquels s’avance la foi, et invariablement, les religions sont totalement à côté de la plaque.

La gauche avait parfaitement intégré cette donnée, mais, concernant l’islam, il fallut que le gauchisme adoptât une posture inverse.

Le gauchisme est le résidu de l’échec du communisme. Le programme doctrinal n’ayant jamais eu d’autres résultats que la dictature et la faillite, ne restent plus que les vieilles amitiés (sud-américaines, russes et musulmanes), et, surtout, la bonne vieille haine de l’Etat libéral. Concrètement, c’est la haine de soi qui fait florès parmi notre extrême-gauche.

La raison d’une telle posture chez les professionnels de la politique «à la gauche de la gauche» est simple; un clientélisme qui ne peut exister sans un sentiment raciste latent.

Ce qui me choque, c’est cette posture chez les militants ou les sympathisants de ce personnel médiocre. Au fond d’eux-mêmes, ne sont-ils pas au courant qu’ils n’ont rien lu des textes islamiques? N’ont-ils pas conscience de leur ignorance? Ils pensent que la lecture linéaire du Coran est un exploit et un signe d’érudition, ils s’imaginent que cette lecture suffit à comprendre ce qu’Allah attend de ses fidèles. Et quand ils reconnaissent ne pas savoir ce qu’est un tafasir, ou n’en avoir jamais lu, cela ne les perturbe jamais dans leurs convictions.

Je dois bien avouer que je ne connais pas leur motivation profonde, car, tous ne sont pas idiots. Leurs bons sentiments seraient même touchants, cependant, je reviens toujours sur le même constat, à savoir, que ces personnes qui réagissent en se lamentant sur l’image écornée des musulmans aux lendemains d’une attaque terroriste, expriment une lutte interne, certainement dû à leur environnement familial et social, afin de ne pas basculer vers le racisme.

En clair, c’est parce qu’eux-mêmes pensent en termes «d’Arabes et de Noirs», qu’ils imaginent que derrière toute critique de la religion musulmane se camoufle une posture racialiste.

Ce racisme des «anti-racistes», en diabolisant toute voix qui s’élèverait contre le corpus doctrinal sunnite ou chiite, en période de crise et d’attentats, est le facteur déterminant qui permet aux racialistes d’extrême-droite et aux islamistes d’essaimer et de balayer les partis libéraux (conservateurs ou sociaux-démocrates).

Or, une fois que racialistes et islamistes seront face à face, ce ne sera pas une guerre civile, mais un massacre. Et ce massacre sera soutenu par la majorité de la population, et ne sera sûrement pas le prélude à une révolution qui mettrait à bas le système libéral.

Le gauchisme sera responsable du génocide, de la guerre, d’un système économique encore plus libéral, et de la fin de la démocratie en Europe. Et ceux qui s’imaginent les Américains venir nous sauver, je leur conseille fortement de plutôt envisager aller eux-mêmes s’installer dans le Nouveau Monde.

Une gauche renouvelée ne prenant pas au sérieux, et comme prioritaire, l’antagonisme existant entre l’islam et la démocratie, non seulement, ne sera jamais crédible, mais ne survivra pas à la première moitié du XXIe siècle.

RS

Publicités
Cet article, publié dans Politique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s